À la rencontre d’Alexandre, Developer For Good

Charlotte

|

Aujourd’hui, on continue notre tournée au sein de la communauté Social Declik ! On retrouve Alexandre Phiev à Madrid. Ingénieur informatique de formation, il a rapidement opté pour le statut de freelance pour pouvoir voyager et faire partie de la tribu des Digital Nomad. On va découvrir comment et pourquoi il a souhaité s’orienter vers le Freelancing For Good. 

Alexandre Phiev, avec titre et nom sur des aplats de couleur

Hello Alexandre, peux-tu nous décrire ton parcours ?

Ingénieur informatique de formation, je suis sorti d’école il y a 6 ans et j’ai très vite opté pour le statut de freelance. J’ai fait ce choix pour répondre à mon envie de liberté, de voyager et de pouvoir travailler depuis différents pays. Je ne voulais surtout pas être “bloqué” géographiquement. D’ailleurs, je travaille actuellement de Madrid, même si ma structure est basée en France.

Depuis que je me suis mis à mon compte, j’ai beaucoup collaboré avec une entreprise norvégienne qui conçoit des solutions techniques super intéressantes, mais sans réflexion sur l’impact environnemental de ses produits.

Alors, comment a commencé à grandir ta quête d’impact, quel a été le “Declik” ?

Ma réflexion a été très progressive, il n’y a pas eu un déclic en particulier. Mais j’ai commencé à m’informer de plus en plus sur la crise environnementale que nous traversons. Puis, un jour, au détour d’une discussion, une amie m’a ouvert les yeux sur le paradoxe entre les actions que je mettais en place dans ma vie personnelle, mes valeurs et de l’autre côté mon travail et son impact environnemental négatif.

Aujourd’hui, Où en es-tu dans ta transition vers le freelancing for good et comment Social Declik t’a aidé ?

J’ai entamé ma transition il y a un an environ. Pour que le saut soit moins difficile, j’ai réparti mon temps sur une première période : 3 jours par semaine sur une mission tech dans une structure traditionnelle et 2 jours dédiés à décrocher une mission auprès d’un acteur engagé.

Dans ma mission “classique”, je faisais de la sensibilisation sur les externalités environnementales des solutions développées ce qui m’a permis d’avoir un impact positif auprès d’un acteur traditionnel.

Pendant cette période transitoire, j’ai fait le programme Social Declik. Cet accompagnement m’a mis en dynamique grâce aux contenus mais aussi grâce à l’effet “promotion” qui est motivant.

Depuis octobre, je suis passé 100% Freelance For Good !

Je travaille sur deux missions qui me font un équivalent temps plein.

Les sources pour trouver mes clients sont différentes à chaque fois. J’ai trouvé un client via une plateforme, Collective. On réalise la mission avec un ami. Un autre grâce à mon réseau personnel et un troisième par Social Declik, c’est un client avec qui j’ai déjà travaillé et qui m’a recontacté.

Du coup, je suis vraiment content : J’ai atteint mon objectif de devenir 100% Freelance For good tout en ayant de la visibilité sur mon Chiffres d’Affaires sur les 3/4 mois à venir !

Bravo ! Et du coup, quel est ton conseil pour fidéliser les clients ?

Les clés, pour fidéliser un client à impact comme un autre c’est bien sur de travailler bien, mais aussi de faire preuve d’honnêteté et de transparence, d’assurer une communication régulière. Enfin, comme tout client, il est indispensable que l’interlocuteur investissent aussi du temps pour aider le freelance dans sa mission.

Quels sont tes projets et tes objectifs pro et perso pour 2022 ?

Mon projet c’est finalement de bien concilier les deux ! Il faut faire attention aux pièges d’avoir pleins de clients et de trop travailler, même si c’est un problème de riche. C’est important de bien gérer son temps et d’en avoir pour soit, notamment pour faire du piano en ce qui me concerne !

Et si toi aussi tu souhaites rejoindre l’aventure, que ce soit le programme ou la communauté, prend le temps d’en parler avec nous, et réserve un créneau de 30 minutes ici.

Ça peut aussi t'intéresser

Portraits

À la rencontre de Jessica Maitte, freelance au service de l’intérêt général

Jessica souhaitait travailler dans l'impact pour se sentir utile et retrouver du sens dans son travail. Elle partage son expérience se transition du salariat vers le freelancing.

Portraits

À la rencontre de Mathias Cabanne, data scientist et freelance engagé

Découvre le parcours de Mathias, développeur et data scientist, engagé dans la Data For Good

Portraits

À la rencontre de Lio, communicante responsable au service de projets à impact positif

Lio a été sensibilisé très tôt dans sa vie aux enjeux écologiques et sociaux. Elle revient sur son parcours et expérience avec Social Declik.