L’inclusivité et l’accessibilité vont de paire pour une communication respectueuse de tout le monde.

Coline

|

Ces dernières années, le sujet de la communication inclusive est devenu central dans l’entrepreneuriat. On pense à l’écriture inclusive, notamment avec l’apparition du point médian, ou à la représentation dans les photos utilisées pour communiquer.

C’est déjà un bon pas en avant ! Mais, on pense peut-être moins à l’accessibilité et le rôle que chaque personne peut avoir.

Que tu sois designers, community manager, dévelopeur, coach, ou tout autre métier, en tant que freelance tu peux adopter une communication inclusive et accessible avec des actions simples à mettre en place.

Qu’est ce que l’accessibilité et l’inclusivité ? Ce sont un ensemble de connaissances à acquérir mais surtout de sujets à comprendre et à déconstruire pour communiquer de façon plus juste, respectueuse et sur la durée.

Chez Social Declik, nous avons écouté avec attention le partage de Jojo Decaux, de Bleu Renard studio, qui est venu nous parler de ce sujet qui lui tient particulièrement à cœur. De la sensibilisation et aux partages d’actions concrètes à mettre en place, en 1h30, nous sommes repartis avec l’envie d’agir à notre échelle. On t’explique ce qu’on en a retenu dans cet article.

3 personnes qui travaillent, 1 seule devant son ordinateur et deux personnes devant un autre ordinateur, dont 1 porteuse d'un handicap

Qu’est-ce que la communication inclusive et en quoi est-ce important ?

Tout d’abord, une communication inclusive est une communication qui inclut l’inclusivité ET l’accessibilité.

L’inclusivité

C’est une méthodologie de réflexion et de conception pour mieux comprendre les formes d’exclusion et représenter toute personne.

L’accessibilité

C’est une approche légèrement différente car c’est une méthodologie de conception et d’amélioration qui prend en compte des besoins précis de personnes handicapés pour créer des produits numériques utilisables en toute autonomie. Pour faciliter la mise en place de l’accessibilité, des normes et réglementations sont éditées. En France, c’est le RGAA, le référentiel général d’amélioration de l’accessibilité

Nous parlons bien d’autonomie ici. C’est donc une démarche pour permettre à des utilisateurs de pouvoir utiliser vos outils numériques. Aujourd’hui, 97% présentent au moins une erreur sur leur page d’accueil … (WebAim source)

L’ensemble de ces 2 méthodologies va donc permettre de proposer une communication non excluante, représentative, respectueuse, juste et accessible en autonomie.

D’ailleurs, l’un ne va pas sans l’autre. Nous pouvons avoir une démarche inclusive mais sans être accessible et vice versa.

Par exemple : faire attention à prendre des photos représentatives de la société mais ne pas y mettre de texte alternatif.

C’est donc une démarche globale qui nous demande d’être à l’écoute, de faire preuve d’humilité et d’être dans une posture d’apprentissage régulier.

À ce stade de lecture, tu te dis peut-être que cela est une bonne idée mais ne te concerne pas vraiment car cela ne parle pas à ton audience ? On te comprend, c’est normal, on te rassure.

Le validisme (discrimination envers les personnes handi) est très ancré en France. Ne te juge pas sur tes pensées mais justement, continue la lecture pour ne pas rentrer dans le cercle vicieux d’exclusion.

Car non, les personnes ayant des handicaps physiques ou moteurs ne s’intéressent pas uniquement à des sites parlant sur le handicap et ne naviguent que sur des sites administratifs pour déclarer ses impôts.

Si ces personnes ne font pas partie de ton audience, c’est peut-être parce qu’elles n’ont tout simplement pas accès à tes contenus en toute autonomie ou ne se sentent pas représentés et inclus.

Peut-être penses-tu ne pas avoir de personnes handicapées dans ton audience mais finalement comment le sais-tu ? sûrement que c’est un biais de penser que les personnes handicapées ne s’intéressent pas à ta thématique (et puis, il n’y a pas qu’un handicap). C’est ça du validisme. Et puis, si vraiment il n’y a aucune personne handicapée dans ton audience, peut-être est-ce que parce que tes contenus ne sont pas lisibles, visibles et/ou utilisables et que certaines personnes ne peuvent pas y avoir accès en toute autonomie. À nous de retrousser nos manches pour que tout le monde y ait accès !

On t’invite à prendre quelques minutes pour te poser ses questions :

  • Est-ce que tu sais ce qu’est un lecteur d’écran et comment cela fonctionne ?
  • As-tu déjà réfléchi à ce que tu pourrais ressentir si tu arrivais sur un site web et que tu ne te sentais pas du tout représenté ?
  • Imagines-tu comment peut se passer la navigation sur ton site pour quelqu’un qui a des troubles cognitifs et qui se retrouve avec un site avec des effets de mouvement et de navigation dans tous les sens
  • Et, si tu es dans une zone blanche et que les images ne se chargent pas, imagines-tu comment sans texte alternatif tu pourrais comprendre le site ?

Ce sont quelques exemples non exhaustifs. On ne peut pas être parfait l’idée c’est de s’ouvrir à ces sujets et d’être dans une démarche d’amélioration continue en lien avec tes ressources, ton temps impartis et les finances.

Les bonnes pratiques pour ta communication, ton site et tes évènements

Alors tu te demandes maintenant, concrètement, comment faire ? Quelles sont les bonnes pratiques ?

On te partage ici les précieuses ressources partagées par Jojo Decaux :

1 – Le graphisme et l’accessibilité pour améliorer la visivilité, lisibilité et clarté des contenus textuels :

  • Les couleurs : vérifie tes couleurs et ses contrastes pour tes textes. Dans un premier temps, hierarchise tes couleurs. En priorité, concentre toi sur celles que tu utilises le plus pour du texte. Puis, teste avec des outils comme Colour Contrast Analyser ou WCAG color contrast checker. Enfin, réalise un rappel visuel pour tes choix finaux pour ne pas oublier.
  • Le choix des typos : Si tu écris beaucoup, opte pour une typographie simple, sans trop de détails, sans serif, pas trop fine ou épaisse.
  • La mise en forme : On privilégie le texte collé à gauche plutôt que centrée ou justifié et on évite le texte en capital pour une phrase complète (seulement un mot)

2 – Graphisme et inclusivité pour contrer les stéréotypes de genre, représenter les personnes dans leur ensemble et respecter les cultures.

  • Stéréotypes ou appropriation : Pose-toi la question des stéréotypes de genre dans l’usage de des typographies, sur les couleurs et les formes des pictogrammes. As-tu remarqué que les icônes de yoga sont toujours représentées des corps minces ?
  • Attention aux identités visuelles et aux couleurs – on utilise une couleur parce qu’on l’aime bien et qu’elle nous parle pas parce qu’elle représente un genre ou une culture. Lien article

3 – Site web et accessibilité pour les neauoAtypies, fatiguabilité, photosensibilité

  • Stimulation visuelle : éviter les animations très rapides ou celles qui clignotent, supprimer les pop-ups ou les utiliser avec parcimonie
  • Visibilité des liens : on garde le soulignement pour les liens et non pour mettre en avant une info
  • Rendre accessible les images : ajouter un texte alternatif pour décrire le contenu des images sur Insta, sur wordpress, sur linkedin

4 – Community Manager et évènements en ligne

  • Les pronoms : n’hésitez pas à préciser vos pronoms dans vos signatures, mails, réseaux sociaux pour qu’on sache comment vous genrer
  • Faciliter la clarté des # : Mets des majuscule dans tes #. Imagine ce qu’un lecteur d’écran pourrait lire sur ce #susanalbumparty. Utilise plutôt #SusanAlbumParty
  • Utiliser avec parcimonie les emojis, un lecteur d’écran va lire les émojis. Par exemple : 😛 “smiley qui tire la langue”
  • Dans tes évènements : propose de faire une pause, introduis les contenus et explique l’organisation de ton évènement. Propose plusieurs formats pour voir comment réagit ton audience
  • Tu fais un podcast ? Propose une transcription complète de ton podcast, sur ton blog, sur un PDF
  • Tu proposes des vidéos ? Ajoute les sous-titres.

Déconstruis tes stéréotypes, challenges tes contenus et ajustent tes actions

Voilà, maintenant qu’on a donné pleins de pistes d’actions, tu te dis peut-être qu’il y a du taf et que tu ne sais pas par où commencer ?

Et ben justement, on te rassure, l’idée n’est pas de tout changer d’un coup et d’être parfait. Ce n’est jamais parfait, on ne peut pas faire du contenu toujours 100% accessible et inclusive, le plus important c’est de prendre conscience de son contenu et d’agir à son niveau avec ses capacités, ses moyens, son temps impartis.

Mais il s’agit de commencer à le faire à ton niveau et dans tous les projets. Pas uniquement ceux qui sont centrés sur le handicap, les neuroAtypies, les maladies chroniques… c’est l’affaire de TOUS.

Alors, pour faire le premier pas, on te propose cet exercice :

Etape 1 – Priorise tes actions :

  • Est-ce que tu écris beaucoup ?
  • Quel est le canal que tu utilises le plus ?
  • Est-ce que tu fais beaucoup de masterclass ?

Etape 2 – Organise-toi :

  • Qu’est ce qui est urgent et que tu sais faire ? C’est bingo, tu peux le mettre en place dès aujourd’hui
  • Qu’est ce qui est urgent et que tu peux apprendre ? Alors dès que tu as du temps, tu peux te former dessus.
  • Qu’est ce qui n’est pas urgent et que tu ne sais pas faire ? Pose l’idée quelque part et tu y reviendras quand tu auras du temps et en fonction de tes moyens.
  • Qu’est ce qui est urgent mais que tu ne sais pas faire ? Délègue en fonction de tes moyens.
  • Qu’est ce qui n’est pas urgent et que tu ne sais pas faire ? Pose l’idée et tu pourras y revenir en fonction du temps et des moyens que tu as.

Voilà, on espère qu’avec cet article tu repars avec de conseils concrets, activables facilement et rapidement. Chaque personne peut agir à son niveau sur le graphisme, le développement des sites web, la communication et surtout ce n’est pas l’affaire de certains projets, mais l’affaire de TOUS.

Chez Social Declik, on travaille à rendre nos contenus accessibles et inclusifs mais on sait qu’on peut toujours mieux faire, donc n’hésite pas à nous partager tes commentaires et suggestions.

Toi aussi tu as envie d’approfondir ta connaissance des enjeux sociaux comme ceux de l’accessibilité et de l’inclusivité ? Tu peux rejoindre notre communauté joyeuse de freelances engagés ici !

Pour aller plus loin : 

Ça peut aussi t'intéresser

Freelance For Good

Épisode 3 – Tout plaquer pour avoir de l’impact : seule voie possible ?

Retranscription du troisième épisode du podcast Freelance For Good : Doit-on faire un virage à 360° dans son job de freelance pour avoir de l’impact et partir dans le larzac élever des chèvres ?

Freelance For Good

S’inspirer de la permaculture dans son activité

Dans cet article découvre comment tu peux t'inspirer de la permaculture, au delà de ton potager, dans ton activité de freelance pour devenir un·e entrepreneur·e conscient·e

Freelance For Good

Social Declik, quel est le bilan de l’année 2023 pour le mouvement Freelance For Good ?

Découvre notre bilan calmement, de cette année 2023, mais aussi nos ambitions sur 2024 pour continuer à faire rayonner le mouvement Freelance For Good.