Pourquoi et comment investir de manière responsable ?

Anaïs Ayelo

|

Nous sommes de plus en plus nombreux·ses à faire évoluer nos comportements vers un mode de vie plus responsable et compatible avec une société soutenable face aux défis environnementaux, climatiques et sociaux.  

A l’échelle individuelle, nous tentons de diminuer ou supprimer notre consommation de viande, trier nos déchets, privilégier le vélo et le train, s’habiller en seconde main, consommer local… On tente de faire notre part pour diminuer notre empreinte carbone directe et atteindre nos 2 tonnes de CO² par an.

Mais il y a une empreinte carbone à laquelle nous pensons moins : celle de notre argent.

Enfant devant des pièces de monnaie posées sur une table, à côté d'une plante verte

Gaël Berthélémé, conseiller en investissements financiers est venu éclairer notre réflexion sur ce sujet lors d’une masterclass à destination de notre communauté.

Gaël est le co-fondateur du cabinet de conseil en investissement responsable La Crèmerie et rédacteur de la newsletter Épinard.

Après ce qu’il nomme sa « claque climatique », cet ingénieur de formation s’est penché sur ce que finançait son épargne et a été profondément déçu : « À quoi bon me construire un quotidien bas carbone, si c’est pour financer les compagnies aériennes ou l’extraction pétrolière via mon assurance-vie ? »

Ce qu’il choisit de faire de son argent est alors devenu une priorité dans sa transition écologique personnelle. Avec ces deux associés, il accompagne aujourd’hui ses clients vers des placements éthiques et responsables.

L’impact de nos investissements

Dans un contexte inflationniste, la valeur réelle de l’argent diminue avec le temps. Investir permet donc de faire fructifier son patrimoine, c’est un moyen a minima de vaincre l’inflation.

Nous pensons à tort que l’argent placé dort, or l’argent est insomniaque.

Schéma qui montre qu'avec 100€ par mois pendant 20 ans investi sur un produit à 5% par an, ça fait 40 580€ à la fin versus 24000 € sur un placement à 0%

© Infographie « Pourquoi investir ? », par Gaël Berthélémé, La crémerie, mars 2024

En simplifiant grandement la complexe comptabilité bancaire, l’argent de votre compte courant, l’épargne placée sur certains livrets ou encore les plans épargne logement sont utilisés en partie pour financer l’activité de votre banque, donc prêtés aux clients particuliers et aux entreprises.

Et les entreprises financées ne sont pas toujours celles que nous aurions choisies. Les grandes banques françaises, malgré leurs engagements climat affichés, se classent parmi les mauvaises élèves européennes, finançant notamment des projets liés à des secteurs controversés tels que les énergies fossiles, l’industrie du tabac… Des entreprises qui ont un impact négatif sur l’environnement, le climat et/ou la santé.

Graphique montrant l'intensité carbone en tonnes équivalent CO2 par banque

Bien choisir sa banque est un levier important pour investir de manière plus responsable. Ce n’est pas toujours possible d’en changer notamment lorsqu’un prêt immobilier est en cours.

« Dans ce cas, évitez de laisser des montants excessifs sur vos livrets et placez votre épargne ailleurs » conseille Gaël.

Pourquoi investir en prenant en compte des critères de durabilité ?

L’investissement responsable repose sur des critères environnementaux, sociaux et de Gouvernance (ESG). Ces critères permettent d’évaluer une entreprise au-delà des paramètres financiers habituels. Ils tiennent compte de l’impact sociétal de l’entreprise, de sa gestion environnementale et de sa gouvernance.

Un cercle vertueux

Vous pouvez donner du sens à vos investissements, les aligner avec vos valeurs, vos convictions en tenant compte des enjeux sociaux ou environnementaux.

Investir de manière responsable peut avoir un impact significatif sur les trajectoires économiques, sociales et environnementales en favorisant des entreprises plus durables, résilientes, cohérentes avec les valeurs attendues par les investisseurs.

Investir durable, c’est plus rentable 

Investir de manière responsable est aussi financièrement plus avantageux, comme le soulignent ces quelques données chiffrées :

  • Les entreprises qui s’engagent dans des démarches d’impact sont en moyenne 13% plus performantes. (source : France Stratégie)
  • Si deux entreprises affichent les mêmes bénéfices, celle qui a un fort impact vaut environ 50% de plus que celle mal notée sur les critères de durabilité. (source : Schroders)  
  • 62% des fonds responsables surperforment les fonds classiques. (source : FIR & Ecole Polytechnique)

Gaël précise : « Ce sont des entités purement économiques qui le disent (et pas des écolos-bobo-terroristes) ».

Alors, comment on s’y prend ?

3 erreurs à éviter

  • Écouter son conseiller bancaire sans se poser de question : rarement bien formé aux problématiques d’investissements responsables, il a tout de même une obligation de propositions de placement en fonction de vos critères de durabilité, il faut donc être très précis dans la demande, ce que l’on veut ou exclut (fonds qui ne financent pas l’industrie pétrolière, le tabac, l’armement…).
  • Tout miser sur le Livret de Développement Durable et Solidaire : il y a en pratique peu de visibilité sur l’utilisation de ces fonds.
  • Choisir des fonds avec des noms qui sonnent bien : attention au greenwashing !

S’appuyer sur des labels : un référentiel connu

  • Le label ISR (Investissement Socialement Responsable) : soutenu par le ministère de l’économie et des finances, il a été refondu en 2023. La nouvelle version est plus stricte et exclut notamment toutes les entreprises qui n’ont pas une trajectoire durable. A privilégier à partir de janvier 2025.
  • Le label Greenfin : créé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire afin d’identifier les produits financiers qui financent cette transition (adaptation changement climatique, bas carbone…). Il exclut les activités économiques contraires à la transition énergétique et écologique, ou actuellement controversées (par exemple secteur nucléaire et les énergies fossiles).
  • Le label Finansol : distingue les produits d’épargne solidaires qui financent des activités génératrices d’utilité sociale et environnementale. 

Le mieux est de privilégier les investissements disposant d’une double labélisation.

La stratégie pyramidale d’investissement responsable

Les stratégies pyramidales d’investissement sont un moyen efficace de bâtir une base financière solide. Il s’agit d’une représentation visuelle des différents types d’investissements pouvant être utilisés pour créer un portefeuille diversifié

Schéma représentant la pyramide d'investissment qui est décrite juste en dessous

© Infographie « La pyramide d’investissement », par Gaël Berthélémé, La crémerie, mars 2024

Le niveau inférieur représente la base du portefeuille et se compose d’investissements à faible risque. Plus on monte, plus l’investissement est risqué.

Ces stratégies pyramidales sont aujourd’hui entièrement réalisables avec des investissements responsables :

L’épargne de précaution 

Ce sont les livrets que l’on peut choisir dans une banque responsable. Il est d’usage de prévoir 4 à 6 mois de charges mensuelles (loyer, crédit, courses, impôts…) pour appréhender sereinement l’avenir et votre stratégie d’investissement.  Il s’agit de comptes sécurisés et liquides.

Exemples : livret Agir au Crédit coopératif, livret à la NEF ou par défaut le LDDS des banques

Les Fonds euros 

Il s’agit de supports d’épargne gérés par les assureurs et sécurisés en assurance-vie ou PER. 

Exemples : assurance-vie responsable chez Goodvest, Greengot, la Maif

Bourse

L’investissement en Bourse permet de diversifier l’épargne et d’obtenir des rendements supérieurs, au prix d’une prise de risque supplémentaire.

Exemples de maisons de gestion qui allient performance financière et impact environnemental et social : Sycomore, Mirova, OFI, PICTET, Dorval asset management, etc…

Immobilier 

Une autre source de diversification du patrimoine financier via un investissement locatif ou des Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) par exemple. Cet investissement permet de soutenir la rénovation thermique et énergétique des logements, le soutien ou développement de locaux commerciaux, d’usines… On peut y inclure le foncier agricole et forestier.

Financement direct

Private equity (capital risque), crowdfunding. Il s’agit d’investissement au capital de start-up ou PME : il est conseillé de ne pas investir plus de 5 à 10% de son patrimoine financier – hors patrimoine immobilier.

  • Exemples de projets d’énergie renouvelable : LUMO, Enerfip, Lendosphère, Lendopolis / autres projets : LITA, TUDIGO
  • La Newsletter mensuelle Circuit Court  par La crémerie propose un tour des projets intéressants pour investir directement dans la transition écologique et sociale.

Cryptos et exotiques

En haut de la pyramide : cryptos (privilégier des blockchains peu consommatrices d’énergie) et exotiques (placement passion / investissement plaisir : montres de collection, carte pokemon, vin…)

Investir de manière responsable offre l’opportunité de concilier rentabilité financière et impact positif sur la société et l’environnement. En s’appuyant sur des labels reconnus et en adoptant une stratégie pyramidale d’investissement responsable, chacun peut contribuer à façonner un avenir plus durable tout en protégeant et en faisant fructifier son patrimoine financier. En intégrant des considérations sociales et environnementales dans nos décisions d’investissement, nous pouvons non seulement soutenir des entreprises alignées sur nos valeurs et nos convictions, mais aussi contribuer à façonner un avenir plus durable et équitable.

Ces informations sont tirées de la Masterclass Investir responsable réalisée par Gaël Berthélémé. Ce ne sont en aucun cas des conseils en investissements personnalisés ni une proposition commerciale de placements.

Vous avez envie d’aller plus loin ?

3 newsletters :

  • Hello Friday : conseils en investissement responsable, pour assurer une bonne gestion de vos finances personnelles, à grand renfort de punchlines
  • Epinard : des idées d’investissements qui feront avancer la transition écologique, avec une dose de graphes et d’ordres de grandeur
  • Circuit Court : Une fois par mois, 5 entreprises (au moins) dans lesquelles investir pour financer la transition

Et contactez l’équipe de la Crèmerie pour orienter votre stratégie d’investissement vers la Finance Durable !

Cet article a été rédigé par Anaïs Ayelo, consultante en communication indépendante et Declikeuse.

Si toi aussi, comme Anaïs, tu veux rejoindre notre communauté et accéder à des masterclass inspirantes comme celle-ci, rejoins-nous ici … Déjà plus de 40 replays disponibles, plus toutes celles à venir !

Ça peut aussi t'intéresser

Freelance For Good

Épisode 3 – Tout plaquer pour avoir de l’impact : seule voie possible ?

Retranscription du troisième épisode du podcast Freelance For Good : Doit-on faire un virage à 360° dans son job de freelance pour avoir de l’impact et partir dans le larzac élever des chèvres ?

Freelance For Good

S’inspirer de la permaculture dans son activité

Dans cet article découvre comment tu peux t'inspirer de la permaculture, au delà de ton potager, dans ton activité de freelance pour devenir un·e entrepreneur·e conscient·e

Freelance For Good

Social Declik, quel est le bilan de l’année 2023 pour le mouvement Freelance For Good ?

Découvre notre bilan calmement, de cette année 2023, mais aussi nos ambitions sur 2024 pour continuer à faire rayonner le mouvement Freelance For Good.

Laisser un commentaire