À la rencontre de Michel, Experience Designer engagé

Charlotte

|

Concevoir ou redessiner des produits et services digitaux en alignant l’humain, l’environnement et le business, c’est possible. C’est le challenge qu’a décidé de relever Michel Compin, Experience Designer For Good et fondateur de Think With.

Découvrez son parcours, de l’agence, puis l’annonceur jusqu’à sa nouvelle vie de freelance depuis maintenant 4 ans.

Photo de Michel Compin sur fond clair avec son nom et son métier écrit sur des applats de couleur

Michel, quel est ton parcours et ton domaine d’expertise ?

Je suis Expérience Designer. Rapidement, je me base sur les profils d’usages pour construire la meilleure solution possible au niveau du produit, des services et de l’expérience globale.

J’ai démarré dans le web au collège. J’ai fait mon premier site pour un club de sport et j’étais déjà à cette époque attaché au référencement et à l’optimisation de l’existant.

Niveau carrière, J’ai démarré par l’agence, où j’ai eu la chance qu’on me donne carte blanche sur des projets de bout en bout.

J’ai ensuite fait un passage chez l’annonceur, en tant que Chargé de Communication et Marketing, puis Digital Manager avant de retourner en agence où je me suis spécialisé dans l’UX (User Expérience).

Puis, je suis passé en Freelance il y a 4 ans pour gagner en liberté (nouvelle vie de papa oblige) et être plus aligné avec mes valeurs en choisissant mes clients et mes projets.

Comment s’est acheminée ta quête d’impact et quel a été ton Declik ?

De par mes parents, j’ai toujours grandi proche de la nature et dans une éducation responsable vis-à-vis du vivant. Cette sensibilité s’est encore confortée lorsque je suis devenu à mon tour parent.

Pour moi, c’est une évidence de travailler pour la préservation de la planète et du coup j’ai vraiment pu mettre ce orientation dans ma carrière en devenant freelance.

Ma première mission en tant que Freelance For Good, j’ai eu la chance de la faire pour un client de l’agence qui m’a suivi. C’était une structure qui fait de la compensation énergétique par la plantation d’arbre. Cette première mission m’a vraiment conforté dans mon choix et dans mon envie d’aller plus loin dans cette voie.  

Où en es-tu dans ta transition vers le freelancing for good ? 

Aujourd’hui, de par mon profil très généraliste et du fait que je travaille sur toute la chaîne de valeur, je propose des prestations de conception basées sur 3 pilliers :

  • L’environnement : l’éco-conception
  • Le social : inclusivité et l’accessibilité
  • Le business : avoir un business raisonné basé si possible sur l’économie circulaire

Comment trouves-tu des missions dans le secteur de l’impact ?

Social Declik m’aide beaucoup, grâce au collectif et aux mises en relation. Sinon, le bouche-à-oreille c’est vraiment super. LinkedIn, même si je ne fais pas de communication (c’est un gros défaut), mais ça m’arrive de contacter directement des personnes, d’échanger.

Je me rends également sur des événements dédiés au Numérique Responsable pour échanger sur ce sujet mais parfois ça aboutit sur des opportunités de missions.

Comment fais-tu rayonner le numérique responsable dans tes missions ?

C’est avant tout de l’évangélisation. Il faut parler le même langage que son client, comprendre sa maturité sur le sujet. Il faut aussi ne pas décorréler ce sujet à celui du business qui doit être central.

En ce moment par exemple, je travaille pour les Designers Ethiques pour les accompagner sur la refonte du site événementiel.

Est-ce que tu as quelques derniers conseils pour se lancer en tant que Freelance For Good ?

Il ne faut pas hésiter à se lancer, à se planter aussi. Plus on se plante tôt, plus on réussit vite parce qu’on apprend de ses erreurs.

Il ne faut pas hésiter à contacter des personnes qui vous paraissent inaccessibles, vous serez étonnés.

Enfin, quand on se lance dans le freelancing à impact, on peut faire le choix de ne sélectionner que des structures à impact mais on peut aussi décider de rentrer chez des clients moins matures sur le sujet et de planter la petite graine pour faire bouger les lignes.

Si toi aussi, tu veux rejoindre une communauté de freelance engagé·e, postule ici

Ça peut aussi t'intéresser

Portraits

À la rencontre de Julien, freelance en communication digitale

Julien est freelance en communication digitale. Son "declik", l’urgence écologique. Il revient sur son parcours, son expérience et ses choix.

Portraits

À la rencontre de Lio, communicante responsable au service de projets à impact positif

Lio a été sensibilisé très tôt dans sa vie aux enjeux écologiques et sociaux. Elle revient sur son parcours et expérience avec Social Declik.

Portraits

À la rencontre de Guillaume Lagente, Freelance en Communication digitale au service de l’impact

Guillaume Lagente est freelance en Communication Digitale. Ayant démarré sa carrière dans l'intérêt général, il a souhaité rester dans ce secteur en passant du salariat au freelancing.