À la rencontre de Mathilde, experte en communication digitale et engagée

Coline

|

Concrètement, c’est quoi un Freelance For Good ? 

Pour découvrir les indépendants en quête d’impact qui font partie de la communauté Social Declik, on vous propose de les rencontrer !

Aujourd’hui, on vous présente Mathilde, experte en communication digitale et engagée. Elle a quitté il y a quelques mois sa vie de salariée pour se lancer en indépendante et gagner en liberté et en sens. Ses objectifs pour cette nouvelle année ? Décrocher des missions dans des structures à impact, apporter son expertise dans le numérique responsable et tenir sur une planche de surf ! Sacrés Challenges !

Photo de Mathilde Billeret avec son titre et son nom sur des applats de couleur

Hello Mathilde, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai eu un parcours assez classique à l’université, avec une arrivée rapide dans le monde de l’entreprise grâce à l’alternance. Après des expériences diverses dans plusieurs boites du CAC40, j’ai décroché le sésame : LE CDI !

Je suis restée 4 ans dans mon premier poste en communication digitale mais déjà au bout de deux, j’ai ressenti une surcharge de travail jusqu’à finir sur les rotules l’été dernier, épuisée … au bord du burn out et sans trouver de sens à ce que je faisais.

Le freelancing s’est alors imposé à moi, notamment pour la liberté qu’apporte ce statut : la possibilité de travailler au bord de la mer ou ailleurs, de prendre un train à 15h. Puis la quête de sens aussi, l’envie de me sentir utile. J’en avais marre d’enrichir les plus riches.

Devenir indépendant semblait donc être la meilleure option pour moi.

Comment s’est acheminée ta quête d’impact, quel a été le “Declik” ? Est-ce qu’il y a des causes qui te tiennent particulièrement à coeur ?

Je n’ai pas eu un seul et grand déclic. Disons que depuis quelques années, il y a plusieurs sujets qui m’interpellent, particulièrement l’inclusion, le développement durable et plus spécifiquement l’alimentation durable.

Cet été, le rapport du GIEC est sorti et a eu un fort impact sur moi.

Puis à l’automne j’ai fait un stage de permaculture. Je me suis retrouvée avec des personnes très impliquées dans la préservation de la planète : 0 déchet, pas de voiture en habitant à la campagne.

On va dire que ce sont deux étapes importantes qui m’ont amené à concrétiser de grands changements dans ma vie.

Sinon, il y a pas mal de causes qui me tiennent à coeur, mais forcément, vu mon métier, le numérique et la communication responsable et raisonnable me touchent particulièrement.

Comprendre comment faire preuve de sobriété sur les réseaux sociaux, comment inclure les personnes en situation de handicap sur le web sont à mon sens des enjeux majeurs. Il me semble donc indispensable de sensibiliser les entreprises sur ces sujets.

Où en es-tu dans ta transition vers le freelancing for good ?

Au retour des vacances estivales l’année dernière, j’ai demandé une rupture conventionnelle à mon entreprise qui a rapidement accepté. J’ai donc fini mon contrat en novembre puis préparé mon plongeon dans le freelancing.

« Ma grande peur c’était d’être seule. »

J’ai donc passé beaucoup de temps à rencontrer des gens dans la même situation que moi en trouvant des contacts sur LinkedIn, auprès de mon réseau plus proche et en faisant du bénévolat pour Make Sense.

Puis, j’ai fait l’accompagnement de Social Declik. En un mois, j’ai appris ce que j’aurais mis un an à apprendre toute seule. 

L’atelier “Identifier son pourquoi” du Club Culotté intégré au programme a vraiment débloqué des choses en moi, puis la communauté m’a donné de l’élan. Et là, en janvier, j’ai créé mon statut ! Donc, c’est parti !

Super ! Et du coup, quels sont tes projets et tes objectifs pro et perso sur cette nouvelle année ?

Côté pro, j’ai deux objectifs majeurs :

  • Le premier : trouver des missions dans des structures à impact. La prospection classique m’angoisse un peu. Pour le moment, je suis dans une phase exploratoire pour échanger avec des personnes qui travaillent dans l’impact et mieux comprendre ce que je pourrai leur apporter.
  • Le deuxième : apporter mon expertise sur le numérique responsable dans des entreprises classiques. Proposer de l’acculturation, de la formation sur ces sujets.

Et côté perso, c’est de tenir debout sur une planche de surf ! 🏄‍♀️

Si comme Mathilde, tu souhaites rejoindre l’aventure du Freelancing For Good, prend le temps d’en parler avec nous, et réserve un créneau de 30 minutes ici.

Ça peut aussi t'intéresser

Portraits

À la rencontre de Guillaume Lagente, Freelance en Communication digitale au service de l’impact

Guillaume Lagente est freelance en Communication Digitale. Ayant démarré sa carrière dans l'intérêt général, il a souhaité rester dans ce secteur en passant du salariat au freelancing.

Portraits

À la rencontre de Clémence Spriet, Développeuse web au service des projets engagés et inspirants

Découvre le portrait de Clémence Spriet, développeuse web au service des projets engagés et inspirants

Portraits

À la rencontre d’Anthony, Consultant RSE et Marketing Responsable

Anthony Boudet, Consultant RSE et Marketing Responsable revient sur son parcours jusqu’au Freelancing For Good, son engagement auprès de Surfrider Foundation, les actions réalisées pour mettre en succès son aventure entrepreneuriale et ses envies pour le futur.