[Social Koulisses] « Social Declik » : comment et pourquoi ce nom ?

Ça faisait un petit moment qu’on ne vous avait pas emmenés dans les coulisses de Social Declik.

Alors cette fois, on voulait vous parler d’un sujet qui préoccupe beaucoup les entrepreneurs, le blaze !

Comment choisir le “BON” nom pour sa structure, suivre son intuition tout en se nourrissant du feedback de son entourage ? On n’a pas la recette miracle, mais on vous livre notre retour d’expérience !

Alors oui, tu peux faire appel à une agence de communication spécialisée dans le branding, mais si comme nous, tu as des moyens limités tu te débrouilleras autrement. Voici quelques conseils de non-expertes qui te permettront de découvrir un cheminement et relativiser aussi l’importance de l’appellation :

1/ Assume que tu ne feras jamais l’unanimité !

En fait, c’est comme choisir un prénom pour son bambin. Quand tu commences à en parler dans ton entourage, tu as toujours un pote à qui ce prénom rappelle la peste de l’école ou la vieille tante qui avait de la moustache. Donc, oui, c’est bien de partager tes réflexions, de tester, mais il faudra quand même trancher et certains n’aimeront pas le blaze que tu choisiras, c’est comme ça.

2/ Encore une fois, le collectif est une force !

On apporte là-dessus une petite nuance : ne pas faire un atelier à 25 personnes dont ta voisine, tes cinq potes d’enfance et ton père. Sélectionne peu de personnes (cinq max, plus ton/tes associé·es), qui connaissent bien le secteur de l’activité que tu lances, voire qui correspondent à ta cible et à tes futurs clients.

3/ Un peu de méthode c’est toujours pas mal !

Si tu t’enfonces dans les méandres du web à ce sujet, tu vas très certainement trouver 12 654 méthodes, que nous n’avons, bien sûr, pas « benchmarké », mais nous pouvons partager avec toi le processus que nous avons mis en place pour trouver « Social Declik » :

  • Poser le « purpose » de la structure et pour ce faire un Golden Circle est une matrice intéressante. Remplir un Team Canvas en équipe au démarrage du projet est très constructif également, c’est ce que nous avions fait, et les réflexions sur les valeurs nous avaient bien aidées à nourrir celles sur le nom ;
  • Brainstormer, si possible en petit groupe, pour favoriser le rebond créatif. Une méthode classique de post-it ou un « mindmap » permet de formaliser et structurer les deux phases indispensables de créativité : divergence et convergence ;
  • Tester : celles et ceux qui nous suivent le savent, nous sommes des convaincues du « Design Thinking », alors on avait opté pour un petit sondage sur le nom et la baseline histoire d’avoir d’autres avis, mais en suivant le conseil plus haut : plutôt choisir des personnes qui gravitent dans l’univers de ton projet ;
  • Vérifier : passage obligé, l’INPI, avant de poser ton nom de domaine et de te lancer dans la création de logo. Tu peux faire un premier niveau de vérification gratuitement, alors de t’en prive pas 🙂 .

4/ Il y a la théorie, et il y a la pratique 🙂

Le point n°3 pourrait laisser penser qu’une approche très méthodique, c’est le Graal… Mais on doit t’avouer une chose. Social Declik était le nom d’un précédent projet qui n’a finalement pas vu le jour, assez similaire à celui qu’on mène actuellement. En fait, on a fait du « re-use » parce que ce nom, on le trouvait vraiment cool, qu’il sonnait bien par rapport à notre mission et nos valeurs. Bref, rien de bien objectif, on s’est décidé en cinq minutes, sur la base d’un travail plus approfondi et méthodique, présenté plus haut et mené auparavant.

5/ Raconte une histoire !

Finalement, le plus important c’est que le nom soit le déclencheur pour raconter une histoire, l’histoire de celles et ceux qui portent le projet, celle du projet en lui-même. En l’occurrence, chez Social Declik, le sujet c’est de se transformer, ce qui passe systématiquement par un déclic. Naturellement, quand nous présentons Social Declik, nous expliquons le nôtre, ce qui nous a donné envie de nous investir sur ce projet et on adore découvrir aussi le déclic de ceux qui rejoignent notre communauté et celui de nos partenaires. En somme, le sujet du déclic est prépondérant dans notre histoire, et une communauté c’est avant tout une affaire sociale, non ? Donc on est bon !

Alors, est-ce qu’on est satisfaites de ce nom ? Oui à 200 %, on l’a adopté et notre communauté aussi (enfin on l’espère).

La seule galère qu’on rencontre c’est l’orthographe pas forcément intuitive : Social Declic, Social Déclik, Social Déclick …

Bref, vous êtes un grand nombre à l’écrire parfois différemment, dixit Google ce qui doit forcément nuire un petit peu à notre visibilité.

Et vous, intuitivement, vous l’auriez écrit comment ?

Laisser un commentaire